Le TOP 10 des gens d'ici du 17/11/2018

Rédigé le 15/10/2018
Jean-Michel Martinez


A chaque numéro, la rédaction du quinzomadaire Le Journal Catalan (LJC) publie désormais un classement des dix personnes qui, ayant un lien avec le « 66 », lors des quinze derniers jours avant la parution de votre magazine préféré, ont marqué l'actualité du département des Pyrénées-Orientales (ou à l'extérieur).
Pour cela, LJC comptabilise les événements, les parutions dans les médias roussillonnais et nationaux, les réseaux sociaux, ainsi que les faits marquants, originaux, qu'ils soient culturels, économiques, politiques,sociaux ou sportifs.

01/ Montserrat CABALLE (La grande voix catalane s'est éteinte le 6 octobre dernier, à Barcelone, la ville où la diva-soprano était née le 12 avril 1933 – elle avait inauguré le Conservatoire de musique de Perpignan, en 1991, sous Paul ALDUY, dirigée déjà par un certain Daniel TOSI. Elle était d'ailleurs considérée comme la marraine de cette institution perpignanaises qui compte plus de 3 000 élèves).

02/ Manuel VALLS (né à Barcelone, en Espagne, où il a vécu jusqu'à l'âge de 20 ans, depuis qu'il a envisagé puis décidé le mardi 25 septembre de briguer très officiellement la mairie de la fière capitale catalane, l'ancien Premier ministre de François HOLLANDE fait le buzz sur les réseaux sociaux, dans les P-O... tant il est vrai que de ce côté ci des Pyrénées tout ce qui se passe à Barcelone ne laisse jamais indifférent).

03/ SINYA (Le rappeur a signé un clip provocateur dans le village de Toulouges qui fait donc polémique et dans lequel on assiste à toutes sortes de trafics qui n'ont rien à voir avec la musique, notamment de stupéfiants aux portes du... commissariat de la Police municipale. Le clip a soulevé une vive polémique dont le rappeur SINYA est le premier à s'étonner, lui qui a apporté le jerrican pour jeter l'essence sur le feu ! Dans l'histoire de l'arroseur arrosé difficile de faire meilleur buzz. SINYA n'a qu'à s'en prendre qu'à lui même ! Qui sème le vent...).

04/ Monsieur L. (Il est le fils d'un harki qui a réussi à faire condamner l'Etat français. C'est une première ! En effet, début octobre 2018, le Conseil d'Etat a jugé en cassation qu'il était responsable « à raison des conditions de vie indignes réservées à l'intéressé entre sa naissance - en 1963 dans le camp de Rivesaltes - et son départ du camp de Bias en 1975 (...) ». L'Etat est condamné à verser au plaignant une somme de 15 000€, en réparation des préjudices matériels et moraux... »).

05/ Jean-Marc PUJOL (Le 4 octobre dernier, le maire de Perpignan a annoncé qu'un accord était en vue entre la Ville et l'Etat pour construire in situ la nouvelle cité judiciaire : réhabilitation du Palais de justice actuel et extension sur la Dalle Arago. Coût estimé 50 millions d'€. Premier coup de pelle en... 2022. Il ne reste plus qu'à espérer que le Tribunal de Perpignan ne connaîtra pas le même sort que le TGV Perpignan-Montpellier : aux oubliettes, ou plutôt aux calendes grecques !).

06/ Me Jehanne COLLARD (Avocate de certains familles des victimes de la tragédie ferroviaire de Millas qui a coûté la vie à six adolescents, le 14 décembre 2017, Me Jehanne COLLARD a jeté un pavé dans la marre, le 4 octobre, en rendant publiques les conclusions d'experts qui mettent en cause dans cet accident la conductrice du bus scolaire, thèse qui apparaît de plus en plus crédible et probable, rapport après rapport, et ce en dépit des déclarations de la défense de la conductrice du car. A ce stade de l'enquête, toutes les analyses indépendantes mettent hors de cause les infrastructures de la SNCF et semblent accabler le comportement de la conductrice. Mais l'affaire est loin d'être close).

07/ Michel SITJA (Directeur de Cabinet de Jean-Marc PUJOL, à la Ville comme à la Métropole, après une presque décennie de bons et loyaux services à ce poste à La Loge, il s'apprête avec la bénédiction et l'entier soutien du « patron » à succéder à Philippe MARECHAUX à la tête de l'Office HLM Perpignan-Méditerranée – il devrait prendre ses nouvelles fonctions ce lundi 5 novembre).

08/ Laurent GAUZE (Son train de la « french tech » entre Perpignan et Madrid via Barcelone, continue de faire des émules, en France, et bien au-delà du secteur d'activités des start-ups ! Le mois dernier, par exemple, ce sont les Rencontres notariales qui se sont déroulées dans un train très spécial entre Paris et Marseille, Lyon, Strasbourg ou Rennes. Le vice-président de la Métropole en charge de l'Action économique, qui préside l'Agence de Développement Economique Pyrénées-Méditerranée Invest n'a pas encore dit son dernier mot : il aurait encore et encore plus d'une idée innovante dans son attaché-case).

09/ François CALVET (Vendredi 5 octobre 2018 aura été incontestablement l'un de ses jours de gloire ! C'est ce jour-là qu'a été posée la première pierre du futur pôle numérique dans la commune dont il fut le maire pendant plusieurs mandats, avant de céder sa place à Armelle REVEL-FOURCADE pour cause de loi anti-cumul de mandats – il est sénateur Les Républicains des P-O).

10/ Bruno GALAN (Installé à Palau-del-Vidre et président de l'Ordre des pharmaciens du Languedoc-Roussillon, il est à l'origine à la tête des officines régionales de la décision d'intégrer le département des P-O dans le dispositif expérimental qui permet depuis le 6 octobre de se faire vacciner contre la grippe dans l'une des 66 pharmacies agréées : « Nous sommes en renfort des médecins et des infirmiers et pas en concurrence avec le corps médical » a-t-il précisé dans un entretien à la presse locale).